La cuisine au féminin : découvrez le portrait d’Adeline Grattard et d’Amandine Chaignot, les deux cheffes à ne pas rater qui font beaucoup parler dans le monde de la gastronomie française

Ne vous-y méprenez pas, le monde de la cuisine est un monde qui est dominé pour la plus part du temps par les hommes. Mais cela ne veut en aucun cas dire qu’un genre prévaut par rapport à un autre. Toutefois, les femmes cheffes ont beaucoup fait parlées d’elle dans les média durant ces quelques décennies. Raison en est que même à la télévision, on met plus en avant les chefs que les cheffes. Mais ne vous méprenez pas à croire qu’il s’agit ici d’une guerre des genres. On met à l’honneur ici deux grands chefs qui ont fait parlés d’eux et elles sont des femmes : Adeline Grattard et Amandine Chaignot dont rien n’avait prédit qu’elle allait être des étoiles dans le monde de la gastronomie.

 

Adeline Grattard et le Yam’Tcha

Révélée en 2009 avec l’ouvert de son restaurant le Yam’Tcha près des Halles, Adeline Grattard propose une cuisine aux allures et aux influences asiatiques. Le concept qu’elle a introduit en France avec son mari Chi Wah rencontre un succès fou que ce soit au près de la critique gastronomique ou des gastronomes eux-mêmes.

A ses débuts, elle n’était pas prédisposée à suivre cette fois. En effet, elle a eu une formation littéraire en langue allemande avant de changer de vocation pour la cuisine. Elle part ensuite en Chine avec son mari pour découvrir cette culture et s’approprier de nouveaux arts. Elle y travaille d’ailleurs dans un restaurant pendant deux ans où elle s’initie à plusieurs spécialités chinoises.

Mais dans son actuelle cuisine, elle est la maîtresse des lieux. Elle concocte des plats de sa propre création dans lesquels on peut gouter des touches un peu chinoises que ce soit dans les plats eux-mêmes ou dans les assaisonnements. On est pris entre l’inconnue et la tendresse mais dans un cocon de totale sécurité.

Amandine Chaignot

Tout comme Adeline, Amandine Chaignot n’avait pas un destin tout tracé pour la cuisine. Fille d’une mère chercheuse en biochimie et d’un père ingénieur en informatique, elle obtient son bac avec mention et avec un an d’avance. Elle se lance dans la pharmacie avant de finalement abandonner pour essayer de trouver sa voie.

Dans son idéal, elle se voit tenir un petit salon mais en « bonne élève » qu’elle est, elle préparer a u CAP en cuisine. Et s’enchaine alors un parcours digne d’un héro. Elle passe trois au Plaza avec Jean François Piège, fait une escapade au Ritz de Londres sans parler de l’équipe d’Eric Féchon. Elle enchaine ensuite les réussites avant de finir par obtenir la tête du Raphaël.

Mais ne vous y méprenez pas, elle n’y serait pas arrivé sans une grande détermination, un grand sens du travail comme on le connait si bien chez elle. Après avoir travaillé avec les plus grands, elle est elle-même un membre à part entière de ce monde d’élites.